Archive de la catégorie ‘Evènements’

Loi sur la Rétention de Sûreté

Jeudi 8 mai 2008

Mercredi 14 mai à partir de 19h

à l’Antre Autre (11 rue Terme, Lyon 1er, métro Hôtel de Ville)

le Génépi organise une soirée d’information

à propos de la loi sur la rétention de sûreté.

La soirée s’ouvrira sur la projection du film Rétention de sûreté, une peine infinie, de Thomas Lacoste, puis sera suivie d’une discussion avec les bénévoles du Génépi pour mieux comprendre la réforme et ses enjeux.

La loi sur la rétention de sûreté:

Le 25 février 2008 a été promulguée la loi sur la rétention de sûreté et sur la déclaration d’irresponsabilité pénale, après un vote en procédure d’urgence au Parlement et la saisine du Conseil constitutionnel. Pendant toute la procédure d’adoption, elle a fait l’objet de vives polémiques, tant sur le mode de procédure que sur les conséquences pénales du texte.

Si elle ne sera effectivement en application que dans une quinzaine d’années, cette loi a néanmoins des conséquences majeures sur les politiques pénales et carcérales et sur les principes fondamentaux du droit.

Rétention de sûreté, une peine infinie:

Huit intervenants, praticiens, militants et chercheurs prennent ici la parole pour déconstruire méticuleusement ce populisme pénal prôné par le chef de l’Etat, qui a dicté l’adoption de la loi sur la Rétention de sûreté, et le populisme constitutionnel qui veut l’appliquer par-delà les principes supérieurs de notre droit.

Paroles de détenus

Dimanche 4 mai 2008

Spectacle PAROLES DE DÉTENUS

Les 5, 6 et 7 mai à la faculté Lumière Lyon 2, sur le campus portes des Alpes à Bron, une déambulation dont les départs sont tous les midi au resto U, duréé estimée 45min, entrée libre.

Un spectacle adapté du texte Paroles de détenus, témoignages recueillis par Jean-Pierre Guèno et Radio France, mise en scène de Alba Vasseur. Intérieur jour, intérieur nuit, intérieur cour… Voilà l’horizon d’attente des détenus. Et que se passe t-il quand la barrière entre eux et nous glisse et se mélange à notre réalité quotidienne?

Un spectacle. Une déambulation. Un mélange des genres. Paroles de détenus est une interrogation sur la représentation, une mise en lumière de ces hommes et femmes de l’ombre.

Avec la partitipation de : Mathilde Faure, Helene Martel, Alice Bernard. Julien Gremel, Arthur Puech. Dans le cadre du festival Coups de théatres, en soutien avec le service culturel de Lyon 2 et du FoSoDIE.

Programme du festival.

Justices françaises ! Vivre ensemble dans la diversité culturelle

Mercredi 30 avril 2008

Samedi 17 mai à partir de 13h, à la Maison des Passages: Journée d’échanges, lectures, théâtre, musique….

 

Chacun d’entre nous constate un peu plus chaque jour que la confiance entre la société et l’appareil judiciaire (police, magistrat, huissier…) est mise à mal, que cette confiance est rompue : contrôle policier incessant dans certains quartiers en direction toujours des même jeunes, contrôle d’identité au faciès, tutoiement systématique…. Erreur judiciaire en cascade, incarcération quasiment systématique, difficulté à faire reconnaître ses droits dans la justice civile ou aux prud’hommes. Renforcement des dispositifs sécuritaires, création de nouveaux délits liés directement à la crise sociale et à l’appauvrissement d’une partie de notre société, alourdissement des peines…

A tout cela s’ajoute une méconnaissance de l’appareil judiciaire qui fait que lorsque nous y sommes confrontés on ne comprend pas toujours ce qui se passe, ne serait ce qu’au niveau de la langue. On a parfois l’impression qu’un monde se parle à lui-même et juge les autres.

 

Depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 la justice est rendue au nom du peuple français. De même, la lente constitution des États nous a fait passer d’une justice de négociation à une justice d’autorité, dans laquelle « la justice sans la force est impuissante ».

 

En définitive la question à laquelle nous sommes confrontée est bien celle de savoir « qu’est ce qu’on fait quand on rend la justice ? », est-ce bien la justice qui est rendue ? ou est-ce une injustice supplémentaire qui vient alourdir nos quotidiens ?

 

« Juger c’est de toute évidence, ne pas comprendre

puisque si l’on comprenait on ne pourrait pas juger« .

André Malraux, Les conquérants

 

 

Téléchargez le programme et diffusez l’information!

 

Entrée libre
À la Maison des Passages
44, rue St Georges – 69005 Lyon
(Métro D/Vieux Lyon)
www.maison-des-passages.com
maisondespassages@orange.fr
04 78 42 19 04

Axès Libre, CIRDEL, L’EPI de Vaulx-en-Velin, GENEPI, La Maison des Passages, Paroles de Femmes, l’OIP et Raddho Diaspora

Prison, la honte de la République

Dimanche 6 avril 2008

 

 

 

Le Génépi-Lyon organise un ciné-débat, Mardi 8 avril à 20h30, au café De l’Autre Coté du Pont (25, Cours Gambetta, Lyon 3°):

 

 

 

Prison, la honte de la République
projection du
documentaire de Bernard George

suivie d’une discussion avec nos invités:

Bernard Bolzecampagne Trop c’est trop

Jean-Claude VaupréCFDT interco justice

« Prisons : la honte de la République (France, 2006, 80 min.), le film engagé de Bernard George, n’est pas une enquête à charge et à décharge où sont exposés les arguments des uns et des autres, où sont développés posément des propos contradictoires alimentant un débat. Il s’agit ici de pointer sans concession ni pathos les dysfonctionnements du système pénitentiaire, de dénoncer la surpopulation (le taux peut atteindre 250%), le manque d’hygiène et de soins, la vétusté, la violence, les suicides, la dignité bafouée… Grâce aux témoignages d’anciens détenus et de familles de prisonniers, aux reconstitutions et aux images d’archives (l’administration pénitentiaire n’a pas voulu qu’il tourne à l’intérieur des murs d’enceinte), aux questions posées aux trois anciens gardes des Sceaux, la démonstration est implacable. Ce documentaire [...] espère alerter l’opinion publique, déclencher une prise de conscience pour que les pouvoirs publics sortent de leur immobilisme et engagent de véritables réformes. »

D’après la critique de Véronique Brocard sur Télérama.fr.

http://www.dailymotion.com/video/x4e4t8

http://www.dailymotion.com/video/x4e4xg

http://www.dailymotion.com/video/x4e51c

 

 

Printemps des prisons

Mercredi 19 mars 2008

Le GENEPI lance le 4ème Printemps des Prisons, sa campagne nationale annuelle d information et de sensibilisation : le thème discuté du 15 mars au 30 avril sera : La prison, et après ?

Voir l’affiche du Printemps des prisons.

Manifestation contre la surpopulation carcérale

Mercredi 5 mars 2008

Mardi 18 mars à partir de 18h, place de la République à Lyon, Manifestation contre la surpopulation carcérale à l’initiative du Mouvement pour une Alternative Non-violente en soutien à la campagne Trop c’est trop:

« Un espace sera matérialisé par un simple traçage au sol de 9 m², surface-type d’une cellule de prison. Nous proposerons aux passants d’occuper pendant quelques minutes cet espace à plusieurs. »

« Trop c’est trop » dénonce la surpopulation carcérale et exige «dans une place une personne» comme la loi le prévoit.

Annonce sur AgendaLyon.

Soirée débat: La raison du plus fort

Mardi 4 mars 2008

 

 

 

Lundi 17 mars 2008 à 20h30 au cinéma Comoedia

(13 avenue Berthelot, 69007 Lyon, 4,5/6 €)

 

La raison du plus fort,

un film de Patric JEAN

 

Quelle drôle d’époque! Hier encore, on a fermé une usine, jetant sur la route des milliers de personnes. Pas assez rentable. Alors on ferme, on fusionne, on délocalise.
Alors qu’en face on construit une prison.
Faudrait-il effrayer les chômeurs? Faudra-t-il que les exclus enferment leurs désirs sous peine d’être enfermés eux-mêmes? Que sommes-nous en train de faire ? Avons-nous perdu la raison?

La projection sera suivie d’une discussion avec les invités : Claire ZOCCALI, responsable à la CIMADE de l’action en détention (accès au droit pour les détenus étrangers) et Léon KRIEF, bénévole à l’Association Companio (accompagnement des sortants de prison en difficulté).

 

Soirée organisée par l’association Des cerises plein les poches. N’hésitez pas à diffuser cette information en téléchargeant le fly.

Les prisons en Europe

Jeudi 24 janvier 2008

Les 1er, 2 et 3 février, le Génépi-Lyon organise un week-end d’information, d’animations et de réflexion sur l’état des prisons et France, comparé avec la situation des voisins européens.

 

  • Vendredi 1er février à 19h: Ciné-Débat à Lyon 2 (amphi Lucie Aubrac, campus des quais)

Le weekend s’ouvre avec un débat sur la situation carcérale en France. Avec la projection d’extraits de 9m² pour deux (de Joseph Cesarini et Jimmy Glasberg, 2005) et des Résidentes (de Hélène Trigueros), puis une discussion entre le public, les bénévoles qui interviennent dans les prisons de Lyon et de la région, et des membres du bureau national du Génépi.

 

  • Samedi 2 février: Animations et information dans Lyon (places St Jean, République et Terreaux)

La journée du samedi est concernée à la rencontre avec le public lyonnais, pour présenter le monde carcéral et sensibiliser aux conditions de détention. Des groupes de bénévoles de toute la région seront présents sur les grandes places de la ville (République, Saint Jean et Terreaux). L’occasion pour tous de visiter les expos, assister aux animations, découvrir le monde de la prison et discuter avec les génépistes.

 

  • Dimanche 3 février de 9h à 16h: Réflexion sur les prisons en Europe (INSA, campus de la Doua)

Enfin, le dimanche est est consacré à une réflexion en commun sur la condition carcérale en France, rapportée aux exemples de pays européens. Avec notamment: L. Perrin (coordinateur régional de l’OIP), P. Beaupère (directrice de l’UCSA), A. Grépillat (psychologue à la Maison d’Arrêt de Grenoble) et C. Touraut (doctorante en sociologie). Et trois ateliers:
- la santé en détention
- les relations familiales
- les mineurs en prison

N’hésitez pas à consulter et diffuser le fly du weekend!

Carnet de voyage

Samedi 15 décembre 2007

De janvier à juin 2007, Pascale, Noélie et Aurélie ont créé et animé l’atelier Carnet de voyage dans les Maisons d’Arrêt de Perrache.

« Pendant six mois, chaque mardi, nous avons parcouru le globe avec des détenus de Saint-Paul et de Saint-Joseph. Lorsqu’un nouveau arrivait, les autres, les baroudeurs – ceux qui avaient déjà fait le Sénégal, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Arctique, les pays des chercheurs d’or, le Kenya, la Tanzanie, l’Inde, la Chine, le Tibet – lui présentaient l’atelier: «Ici, on voyage dans nos têtes…». » (Pascale)

L’atelier et son résultat – un recueil de poèmes, de croquis, de dessins, de nouvelles, de portraits, … – sont exposés au K-barré pendant tout le mois de décembre. Cette expo sera également d’une soirée, le vendredi 21 décembre à partir de 20h, avec une présentation de l’atelier, des lectures de textes de détenus, et une discussion sur l’incarcération.

« Faites la lumière sur les morts en prison! »

Samedi 8 décembre 2007

8 décembre: faites la lumière sur les morts en prison! Rendez-vous samedi 8 décembre 2007 à 18 heures, place Bellecour (sortie métro face rue Victor Hugo) pour aller ensemble se rassembler aux prisons Saint Paul et Saint Joseph de Lyon. Cela va faire la neuvième année…

Tous les trois jours, une mort violente en prison non élucidée, avec presque toujours un non-lieu judiciaire.

« Nous, habitant.es de ce pays, refusons de tolérer l’inacceptable dans un pays qui se prétend démocratique et républicain:

Dans les enceintes de la république sont déjà décédés des centaines de détenus, purgeant une peine ou en attente de leur procès, dans des conditions obscures, voire dissimulées, des dizaines de familles se battent pour que la responsabilité de l’état, quant elle est avérée, soit reconnue.

Nous qualifions de morts suspectes en détention les décès qui se produisent car les moyens ne nous sont pas donnés de faire la lumière sur les circonstances de ces décès. Nous qualifions de déni de justice les avortements systématiques d’enquêtes véritables et impartiales sur les circonstances de ces décès. Nous qualifions de complicité l’inaction des autorités à prendre des mesures immédiates, qui restituent leur droit fondamental à la dignité et à la sécurité des détenus.

Nous interpellons l’opinion sur la censure qui s’exerce quant on dénonce cette situation dont l’Etat est le premier agent. Les détenus restent des êtres humains qui purgent une peine et qui ont des droits. Laisser les détenus entre les mains d’une administration pénitentiaire qui les prive des soins médicaux nécessaires, des liens familiaux indispensables, et qui n’a pas les moyens de proposer des chances de ré-insertion, est un acte de complicité dans une situation qui pousse aux pires extrémités, et ce, en causant des dommages à l’ensemble de la société, en terme de récidive, de santé publique et d’équilibre social.

 

Tout ceci est inscrit dans une politique pénale exclusivement répressive et socialement ciblée…« 

Faites la lumière sur les décès en détention ! À la mémoire des disparus.

Contact: faiteslalumiere@no-log.org
Cet article a été publié sur le site rebellyon.info, le Génépi-Lyon ne fait que transmettre l’information.

1234